L'Observatoire Européen du Droit Financier a eu le plaisir de recevoir le 18 décembre 2019 Monsieur Eric Woerth, Co-rapporteur de la mission parlementaire sur l’activisme actionnarial, et Monsieur Michel Prada, Président du groupe de travail sur l’activisme actionnarial du Club des Juristes.

Leur intervention a été introduite par Monsieur Seiman, Président de l'Observatoire Européen du Droit Financier. 

Déjeuner de l’Observatoire sur l’activisme actionnarial

Allocution de Monsieur Fabrice Seiman, Président de l'Observatoire Européen du Droit Financier 

 

Monsieur le Ministre, Mesdames, Messieurs,

 

C’est un plaisir de vous accueillir ce matin, à l’occasion du premier événement que nous organisons.

 

Comme nombre d’entre vous le savent, l’Observatoire Européen du Droit Financier est un fonds de dotation à but non lucratif créé en 2019, à la suite d’une série de constats que nous avons faits en tant que chercheurs, universitaires, et praticiens des métiers du droit et de la finance.

 

Ces constats sont très simples.

 

Le premier d’entre eux est qu’il existe aujourd’hui en France un formidable condensé de savoirs et de compétences insuffisamment exploité en matière de droit financier. Un condensé de savoirs divers, à la pointe des dernières avancées, qui pourrait devenir un levier économique très puissant s’il était mieux organisé.

 

Le second de ces constats est que le monde de la finance et de la recherche ne se parlent pas, ou très peu. Faute de moyens de communication à la hauteur de leurs ambitions, la parole des chercheurs français -contrairement à celle de leurs homologues américains par exemple- n’est, de ce fait, pas suffisamment entendue. Diffuser le savoir présente un coût, que nos chercheurs ne sont pas en mesure de supporter – et ils n’ont d'ailleurs pas à le faire. Leur rôle doit rester celui d’innover, celui d’aller toujours plus loin dans la connaissance.

 

Cette situation que je viens de décrire a des conséquences directes : 

- d’une part, en l’absence de structures de médiation, le degré d’expertise de nos élites en matière de droit et de marchés financier reste faible, 

- d’autre part les travaux des chercheurs et, parfois, les propositions des décideurs publics, ne bénéficient pas autant qu’ils le devraient de l’éclairage des professionnels 

 

Nous avons donc justement décidé de devenir l’une de ces courroies de transmission, en fédérant les très nombreuses initiatives portées par nos laboratoires de recherche partenaires et en associant nos efforts à ceux qui œuvrent déjà à faire entendre leur voix sur ces thématiques.

 

Vous l’avez compris, notre mission est à la fois simple mais ambitieuse : promouvoir la recherche en droit et en finance, en mettant l’accent sur la diffusion du savoir au grand public et le soutien à la recherche de haut niveau. Très concrètement, notre équipe travaille au quotidien sur le financement de bourses d’études pour de jeunes étudiants méritants, sur l’attribution du prix de thèse européen le mieux doté en droit financier, en passant par l’organisation de manifestations scientifiques de premier plan, dont la prochaine aura lieu fin janvier à l’Ecole Normale Supérieure. Avec un seul objectif : soutenir la recherche d’aujourd’hui et promouvoir les talents de demain.

 

Alors parmi ces projets, l’un d’eux nous tient tout particulièrement à cœur, et vous l’inaugurez avec nous ce matin. Il s’agit de la constitution de pôles d’expertises visant à encourager les synergies dont nous parlions il y a un instant entre le monde universitaire et professionnel et les décideurs publics. A partir d‘aujourd’hui, les Déjeuners de l’Observatoire vont en effet rassembler chaque trimestre des intervenants reconnus de la finance et du droit, autour d’un thème d’actualité.

 

En votre nom à tous, je tiens donc à remercier nos deux invités ce matin Monsieur Eric Woerth et Monsieur Michel Prada, respectivement “Co-rapporteur de la mission parlementaire sur l’activisme actionnarial“ et “Président du groupe de travail sur l’activisme actionnarial du Club des Juristes“, qui nous font l’honneur de nous apporter leur expertise sur ce sujet important. 

 

Comme nous allons le voir, le sujet de l’activisme actionnarial est au confluent de plusieurs problématiques : celles de la gouvernance des entreprises ciblées, celle de la protection des investisseurs et celle du bon fonctionnement et de la compétitivité des marchés. Nous ne pouvions entamer notre série de conférences par une thématique plus utile ou plus actuelle.

 

Avant d’ouvrir nos débats, je tiens enfin à remercier les membres de l’AMF, du MEDEF, ainsi que ceux de l’AFG pour leur présence aujourd’hui ainsi que toute l’équipe de l’Observatoire et plus particulièrement notre Secrétaire Générale Anne-Priscille Desbarres pour la qualité de cette organisation.

 

Je cède à présent la parole au Professeur Pietrancosta, notre Directeur scientifique, afin qu’il nous éclaire plus en détails sur les enjeux du thème de réflexion d’aujourd’hui.